Octobre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
2
3
5
6
7
8
9
10
Date : samedi 10 octobre 2020
11
12
13
14
15
16
Date : vendredi 16 octobre 2020
17
Date : samedi 17 octobre 2020
18
Date : dimanche 18 octobre 2020
19
Date : lundi 19 octobre 2020
20
Date : mardi 20 octobre 2020
21
Date : mercredi 21 octobre 2020
22
Date : jeudi 22 octobre 2020
23
Date : vendredi 23 octobre 2020
24
Date : samedi 24 octobre 2020
25
Date : dimanche 25 octobre 2020
26
Date : lundi 26 octobre 2020
27
Date : mardi 27 octobre 2020
28
Date : mercredi 28 octobre 2020
29
Date : jeudi 29 octobre 2020
30
Date : vendredi 30 octobre 2020
31
Date : samedi 31 octobre 2020

Contact

6, rue Bara Lyon 3ème

Tél : 04.37.91.25.10
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Assemblée générale de l'APEL, jeudi 01 octobre 2020, 20h00, dans la salle polyvalente du collège.

L’Automne 54

 

Un acte et une date de naissance : le 8 octobre 1954

La déclaration d’ouverture de l’école de garçons Charles de Foucauld, portée à l’Inspection Académique du Rhône, est agréée le 8 octobre 1954  (Archives de la Province de France, Belley, année 1954).

Cette création est l’aboutissement d’un double désir : celui du curé de la paroisse Ste Jeanne d’Arc à Montchat, l’abbé Gilbert GARNIER, soucieux de créer une école de garçons dans la tradition séculaire de l’Eglise (1) et celui des frères de la Sainte Famille de Belley à la recherche d’une implantation lyonnaise pour développer son activité d’enseignement et permettre la formation universitaire de ses religieux. La présence des facultés catholiques militait en faveur de cette implantation.

La paroisse Ste Jeanne d’Arc, issue d’un redécoupage local des paroisses existantes, dont celle Notre-Dame de Bon Secours, est alors de création récente (1934). Le prédécesseur de l’abbé GARNIER, l’abbé CHAUVE, avait ouvert dès 1945 une école de filles, l’école Ste Jeanne d’Arc, placée sous la direction des religieuses de Sainte Croix du Mans. A l’époque l’enseignement n’était pas mixte et la société française n’évoluait pas dans l’ambiance égalitaire homme-femme que nous connaissons aujourd’hui.